Ailleurs / Lieux / Magazine / Portraits / par La Rédac' le 26 août 2018 à 19:48 , mis à jour le 28 août 2018 à 13:53

Il l’annonce avec modestie, la photographie n’est pas son métier. Son activité professionnelle lui prend beaucoup de son temps et la concilier avec sa passion de l’image n’est pas un challenge des plus simples. Mais Christian Delastre, 59 ans, n’est pas du genre à traiter ses passions avec légèreté. Le résultat est au final si spectaculaire qu’il l’affiche en ligne et expose régulièrement jusqu’à être primé. En découvrant son travail, sur Internet ou ailleurs, il paraît bien être ce qu’il ne se reconnaît pas être réellement, un professionnel. Peut-être alors semi-professionnel ou amateur “+” ?. Le parcours photographique de Christian Delastre est un exemple motivant pour les amateurs éclairés qui peuvent, en le suivant, trouver un aboutissement à leur hobby.

Sa méthode en 5 leçons.

 

J’ai été immergé dans l’univers de la montagne dès mon plus jeune âge, un espace qui m’est devenu ensuite indispensable. J’aime ces matins passés à chercher la lumière, à suivre les nuages, à guetter l’instant où les sommets vont s’éclairer. J’aime ressentir toute cette puissance et cette immensité.

Leçon nº 1 : Privilégier un thème

La montagne. Son domaine de prédilection, son altitude préférentielle, celle où son talent et son abnégation trouvent leur oxygène le plus euphorisant. Alors Christian a choisi de ne présenter au public que des images de sa haute spécialité, les resplendissantes montagnes des Alpes. Choisir un thème comme axe fort de son œuvre est sans doute la première démarche de l’auteur photographe vers un statut de semi-professionnel.

Leçon nº 2 : Trouver son identité

Après avoir choisi l’espace, Christian choisit le temps, attendant que la nature prenne la pose. Il recherche les ambiances et atmosphères contrastées, quand la météo complique le tableau, laissant s’enfuir quelques rayons de lumière incertains et capricieux et projetant ombres et reflets sur les massifs, les vallées et les lacs. C’est dans ces choix-là que se forge l’identité du photographe.

Je tente de figer la réalité de l’instant et celle de ma vision. Avec mon interprétation, mon cadrage et mon traitement, je cherche à me rapprocher le plus possible de ce que je ferais si je devais peindre ces moments-là. Ce que je serais bien incapable de faire d’ailleurs.


C’est la part de soi qu’on abandonne à l’image qui fait de la photographie un art.

Leçon nº 3 : Afficher son travail

Décider de montrer ses images, c’est accepter le jugement et l’appréciation des autres. C’est donner une nouvelle dimension à son travail. C’est aussi s’obliger à progresser et à aller plus loin, plus haut. Quand le photographe amateur décide d’oser, il faut le faire sans concession sur l’exigence qualitative. C’est là le début de la démarche semi professionnelle. Facebook, Instagram pour débuter, 500px ou autres pour suivre. Un site web moderne et clair pour finir.
Et pour commencer à vendre.
Là aussi Christian a choisi la voix de l’exigence. Ces photos sont reproduites sur du papier de qualité Fine Art certifié. Ces impressions utilisent des encres pigmentaires pour assurer la longévité et la conservation. Tirés à 30 exemplaires, tous supports confondus, ces travaux gagnent le statut de Tirages d’Art, ce qui garantit leur valeur à l’acquéreur. Un travail entièrement contrôlé par le photographe, d’une méticulosité parfaite, précisément décrit sur son site web.

Leçon nº 4 : Rencontrer le public

Et dans le même temps rencontrer ses pairs. Car les opportunités d’exposer sont nombreuses et offrent une multitude d’opportunités de rencontres et d’échanges. La photographie, comme la lecture, sont des activités solitaires, surtout quand la prise de vue nécessite de bivouaquer en pleine montagne. Voir les réactions du public, connaître son acheteur et sa motivation, être primé par un jury, c’est encore une étape que Christian a eu la volonté de franchir.

Pour cette première année, Christian a étalé son programme d’exposition, sans avoir besoin d’aller bien loin de sa base lyonnaise.

  • Festival photographique “Nature Ain 2018” à Hauteville Lompnes (01). Primé dans la catégorie Paysages.
  • Festival “Nature à l’œil” d’Egletons 2018 (19). Premier prix dans la catégorie Paysages. Sa photo “De terre et de feu” a été exposée dans les rues de la ville pendant 3 mois.
  • Salon de la photo à Mornant (69) en septembre 2018.
  • Sélectionné pour le festival Photo Nature “Photo’Ill” à la Wantzenau (67), en octobre 2018.
Leçon nº 5 : Le statut d’Auteur Photographe

En officialisant son statut d’auteur photographe en 2018, Christian a changé de catégorie. C’est l’aboutissement de plusieurs années de travaux préparatoires et le début d’une nouvelle aventure, où le partage et la diffusion amputent une partie de son temps de loisirs et de création photographique. Mais c’est aussi une nouvelle dynamique, enrichissante, encourageante et motivante.
Devenir professionnel à temps partiel, c’est donner du sens à son temps perdu dans sa passion.

Liens

Découvrir le site web de Christian Delastre

Suivre Christian Delastre sur Facebook

Suivre Christian Delastre sur Instagram

Suivre Christian Delastre sur 500px

Voir la page de Christian Delastre sur Terra Quantum

Localisation

Partager