Ailleurs / Lieux / Magazine / par La Rédac' le 26 juin 2018 à 13:35 , mis à jour le 30 juin 2018 à 15:01

La« Isla Formosa » d’autrefois, la belle île selon les portugais, est devenue Taïwan l’industrieuse avec l’arrivée de Chiang Kai-chek, qui fuyait en 1949 avec ses équipages l’arrivée de Mao au pouvoir.

Sous la menace perpétuelle de sa demi-sœur chinoise, elle a dû apprendre à jouer des coudes pour placer ses pions dès le début de la mondialisation.

Dans les décennies 80 et 90, elle est passée progressivement du statut de sous-traitant à bas coût à celui de donneur d’ordre technologique, investissant plus ou moins directement dans la « Main Land », la terre principale, et contribuant ainsi à son essor. Foxconn, création Taïwanaise, est ainsi devenue le plus gros exportateur de …. Chine Populaire.

Une belle revanche pour le premier des dragons asiatiques qui a ainsi changé de gamme, s’est enrichi et embelli. Et on y prend plaisir, surtout la nuit.

Taipei besogneuse, laborieuse, soucieuse,
Mégalopole sans limite mais sans histoire,
Elle s’est enfin trouvée un mode de vie,
Partiellement un copier-coller du modèle japonais.
On ne se refait pas, n’est-ce pas ?

Les rues de Taipei consomment autant d’électricité et dispensent autant de lumières que la grande Tokyo. Car on y travaille encore jour et nuit. On peut toujours acheter des meubles à 11h du soir et se faire livrer à 2h du matin. Et le karaoké, d’origine japonaise, a véritablement explosé dans les années 80 quand il a été réinventé là-bas.

Le célèbre Night Market, bazar à la chinoise, vit le jour mais respire la nuit

C’est au Night Market, autant prisé par les autochtones que par les touristes, que l’on peut se tremper, du bout des pieds, dans l’exotisme à la chinoise.

On peut y voir le combat inégal entre mangouste et python par exemple. C’est comme au catch, on sait d’avance que le python va se faire croquer. D’ailleurs vous pouvez le retrouver ce même python, débité dans le bol de soupe de serpents dans l’échoppe d’à côté. Pas mauvais en fait. Un goût et une consistance de cou de poulet, long, très long. On trouve de tout au night market, et on peut se faire livrer partout dans le monde. C’est fiable, c’est chinois.

 

Si elle s’est maintenant internationalisée, la cuisine originale taiwanaise est pourtant l’une des plus agréables et goûteuses d’Asie. Une espèce de cuisine provençale de l’Orient extrême. Choisissez un poisson dans l’aquarium, dites-lui adieu, et vous le dégusterez dans le quart d’heure. La viande est beaucoup plus rare, et les végan y trouvent facilement leur bonheur.

 

Pour le shopping international et l’hôtellerie, Taipei est dans la norme asiatique, c’est à dire haut de gamme. Et pour respirer un peu hors de la foule, il y a les grands espaces des parcs et musées, les temples Confucius ou Longshan et le bord de mer, longtemps négligé, mais beaucoup réhabilité depuis.

Localisation

Partager